Le marketing est-il la science de l’enchantement ? (partie 2/2) Fidéliser et communiquer

image39

Deuxième et dernière partie de notre article consacré à « l’Art de L’Enchantement » de Guy Kawasaki. Pour rappel, Kawasaki est un ancien évangéliste de chez Apple qui est aujourd’hui reconnu comme le maître incontesté de l’art d’influencer et de promouvoir son projet, son produit, ses idées via le concept de l’enchantement.

Dans la première partie, nous avions vu comment enchanter ses premiers fans et comment lancer un produit/service enchanteur, les premières phases de la vie d’une entreprise. Aujourd’hui, nous nous intéressons aux étapes suivantes.

Faire durer l’enchantement (fidéliser)

Kawasaki explique que l’enchantement n’est pas un événement, mais un processus. Par conséquent, il est nécessaire de l’entretenir et le rendre durable. Pour cela, plusieurs possibilités :

• Satisfaire les clients : cela paraît évident, mais de nombreuses entreprises ou marques oublient encore ce détail. Une expérience positive permet d’intérioriser une marque, un produit, un service. Ainsi, les utilisateurs Mac n’utilisent pas uniquement un Mac parce qu’ils s’identifient aux autres utilisateurs, mais parce qu’ils pensent bel et bien que ce sont les meilleurs ordinateurs sur le marché.

• Créer un écosystème : communautés d’utilisateurs, consultants, développeurs, blogueurs… Kawasaki recommande de développer un écosystème pour entretenir et aider à la conservation de la « cause ». Les communautés telles que Joomla, Linux ou encore WordPress ont grandement contribué à l’adoption de ces systèmes. De même, la communauté Google ou encore Apple représente de véritables armées de VRP pour ces marques et leurs idées à travers le monde. L’idée est donc de faire vos utilisateurs vos meilleurs ambassadeurs.

Enchanter par la communication


Enchanter, c’est communiquer efficacement et maîtriser parfaitement les interactions avec les personnes que l’on veut enchanter. Cela passe notamment par les technologies de communication virtuelle actuelles. Citant Carnegie et son « Comment se faire des amis et gagner de l’influence » de 1937, Kawasaki édicte quelques principes de base pour favoriser l’enchantement « social » :

Répondre rapidement et à tout le monde (emails, courrier, tweets, etc.) La réactivité est rare,  donc différenciatrice donc enchanteresse. Ne pas se focaliser sur les riches ou les célèbres, car les « inconnus » d’aujourd’hui (ou de vous-même) peuvent devenir « quelqu’un » demain.

Multiplier les médias : supports vidéos, présentation, web, chat, etc. Diversifier ses modes de communication (multicanal) enchante plus facilement.

Mettez les autres en avant : blogueurs, partenaires, clients, etc. Ne pas hésiter à mettre à l’honneur les personnes qui vont vous aider, que vous estimez, qui vous inspirent. Tweets, retweets, commentaires positifs, mentions… plus vous mettez les projecteurs sur les autres, plus vous êtes vous-mêmes remarqués. Il faut donne pour recevoir, ça vous parle ?

Limiter l’auto-promotion : rien de moins enchanteur qu’une personne ou une marque qui ne parle que d’elle à sa communauté. C’est très improductif. Pour autant, Kawasaki encourage à se mettre en valeur en apportant de la valeur (du contenu intéressant).

Bien entendu, nous n’avons ici qu’extrait que quelques idées présentées par Kawasaki pour enchanter. Certaines semblent évidentes et pétries de bon sens, d’autres sont surprenantes et d’autres peuvent même être assez discutables. On notera que cet ouvrage est très empreint d’une culture américaine et d’un optimisme qui peut presque paraître naïf. Mais ce n’est pas gênant et cela vaut surement le coup d’adopter davantage cet état d’esprit.


Ce livre intéressera selon nous la plupart des personnes souhaitant bénéficier d’exemples concrets et non uniquement de théories sur la communication, le marketing et comment gagner des parts de marché. Kawasaki introduit plutôt une sorte de philosophie au travers de son enchantement.

Et vous, quels sont vos secrets pour enchanter ?

Like
Like Love Haha Wow Sad Angry

Vous avez aimé cet article ? Abonnez-vous à notre newsletter Vous avez aimé cet article ? Abonnez-vous à notre newsletter

  • Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.

Aucun commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*